Délivrer de toute immoralité

Publié dans Rencontre avec Jésus

 

Timothée 1:15  “C’est une parole certaine et entièrement digne d’être reçue, que Jésus-Christ est venu dans le monde  pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier”

Je voudrais avant toute chose, proclamer qu’à Celui qui est assis sur le trône et à l'agneau, soient la Louange, L’honneur, la Gloire et la Force aux siècles des siècles.

Je suis né dans la chair le dix-neuf juin mille neuf cent quatre-vingt-dix-sept. Je suis le troisième né et le premier garçon parmi les cinq enfants que mon père a eu. Je suis également le troisième né parmi les quatre garçons que ma maman a eu.

Naturellement, je suis un garçon calme et doux. J’ai grandi avec mon père et mes sœurs. Déjà depuis l’enfance, j'étais intelligent à l’école et mon père mettait de son tout pour me mettre à l’aise.

Entre 2003 et 2004, mon père prend une nouvelle femme, qui, en venant, viens avec ses deux filles. (À ce moment mes ainées avaient déjà quitté la maison) désormais nous étions trois enfants à la maison avec les parents. Ma nouvelle maman ne s’y connaissait pas trop en matière de pudeur. Elle pouvait donc se baigner avec  moi, s’habiller en notre présence. Lorsque j’atteins la classe de cours élémentaire deuxième année (CE2), je commence les attouchements sexuels avec la fille aînée de ma nouvelle maman. Ces attouchements continuent avec la fille cadette. Entretemps, en 2005, ma nouvelle maman a accouché de ma petite sœur. Celle-ci, une fois à l'âge de 4, 5 ans subie ma perversion : les attouchements. J’avais atteint le niveau ou ma conscience ne me laissait plus en paix, c’est là où la masturbation est entrée en jeu. Une pensée m’est venue, pensée selon laquelle, plutôt que de toucher mes sœurs, il serait mieux que je fasse « ça » (me masturber). 

J’avais l’habitude d’aller en congés chez ma grande sœur, la première fille à mon père. Elle m’aimait beaucoup et me laissait son téléphone ; seulement, je ne prenais son téléphone que pour regarder les vidéos pornographiques qu’elle avait enregistré. Mon niveau de perversion augmentait.

J’étais passionné par tout ce qui était du sexe. En classe de quatrième, un camarade apporta en classe un roman pornographique et je le pris. Je le lu et relu plusieurs fois tout en me masturbant. 

Je ne voyais toute fille/femme que selon la perspective sexuelle ainsi je pouvais, en regardant une fille/femme, l’imaginer nue.

A certains moments il me suffisait de voir le slip d’une femme pour me masturber. Je me prenais déjà en dégoût, j’étais un esclave !

Outre ma perversion sexuelle, j’avais l’habitude d’accompagner la femme de mon père au marché, je profitais pour voler du cube sur le comptoir des femmes. J’étais un voleur, je volais de l’argent dans le bar de la grande sœur de ma nouvelle maman. Un jour, je suis allé voir mon grand frère, le premier fils de ma mère, et j’ai volé son argent sur sa valise. 

En plus de cela, j’étais hypocrite, et je ne savais pas dire totalement la vérité au sujet d’une chose. Mon plus grand souci était d’impressionner les gens. Les gens, ne me connaissant pas, me prenaient comme un modèle.

 

Comment j’ai rencontré le Seigneur Jésus ?

Un soir d’avril 2012, j’ai été invité par une maman de mon quartier à une campagne d’évangélisation, arrivé là-bas, le prédicateur a raconté toute ma vie. J’avais tellement honte là où j’étais assis. Le Seigneur décida ce jour-là d’exposer mon cœur. Après son sermon, le prédicateur dit : « Si tu veux donner ton cœur à Jésus, lève toi et nous allons prier ». Je voulais de tout mon cœur me lever mais j’avais tellement honte de ma saleté. Cependant, étant assis je priais avec eux et je m’engageais à suivre Jésus. Quand le prédicateur eut finit de prier avec ceux qui s’étaient levés, il dit ceci : « Si tu as fait cette prière, même étant assis, lève-toi », c’est à ce moment que je pu me lever.

La première chose qui s’est produite dans ma vie immédiatement après cela est que j’étais inondé d’une joie inexplicable. Je me rappelle que parfois à la maison je chantais très fort !

Bien qu’ayant ainsi décidé de suivre le Sauveur, j’étais tenu en captivité dans la masturbation, les attouchements, la pornographie…Je fréquentais déjà l’Eglise et mon cœur désirait vraiment plaire au Seigneur, seulement, je n’étais pas prêt à abandonner ces péchés mignons, je n’en avais même pas la force. Avec les années déjà passé à l'Église, je commençai à recevoir des responsabilités : chanter, servir de façon pratique, diriger certaines réunions, servir le pasteur, aller prêcher l’Evangile…Plus je me rendais agréable aux Frères, plus il devenait difficile de pouvoir me repentir, toutefois, tout au fond de mon cœur, je savais que, malgré tous mes services, Dieu n’est pas en accord avec moi.

Ma vie à l’Eglise était une profonde hypocrisie. Après ma décision de suivre Jésus comme je le disais plus haut, je savais que je ne serai pas qualifié à me baptiser jusqu’à ce que je traite radicalement avec tout péché, mais en dépit de cela, je me fis baptiser le 1er janvier 2013 simplement pour éviter que l’Eglise commence à se poser des questions.

Je voudrais exprimer à Dieu ma reconnaissance, de ce qu’il a toujours su user envers moi de sa miséricorde qui dure à toujours !

Je continue ainsi de trimballer ma vie pleine de péchés jusqu’en 2017, soit un an après mon baccalauréat. Cette année-là, je décide de faire la paix avec Dieu, je rencontre des personnes avec qui j’échange concernant ma situation, ceux-ci prient pour moi et je me baptise à nouveau, le 11 janvier 2017.

Je pensais avoir alors fini avec l’immoralité sexuelle mais aussitôt, je me rendis compte qu’un esclave ne quitte pas si aisément son maître. Il fallait que je brutalise le péché dans ma vie mais j’avais honte, à cause de la fausse image que j’avais déjà hissée de moi.

De 2017 à 2021, je suis dans une lutte perpétuelle, l’immoralité sexuelle me rongeant et Dieu pointant du doigt ce qu’il faut que je fasse. A un moment je ne me repentais plus après un acte de masturbation car je savais qu’on ne se moque pas de Dieu. La parole de Dieu que je lisais me condamnait et la tristesse avait fait demeure dans mon quotidien. J’étais un chantre triste, un dirigeant d’assemblée triste, un conseiller triste, un prédicateur de l’évangile triste.

Jésus est le bon Berger, Il a expressément déclaré que, de tous ceux que le père lui a donnés, aucun ne s’est perdu si ce n’est le fils de perdition.

Le 29 janvier 2021, date mémorable a été le jour où Dieu, selon le conseil de sa volonté a choisi de me délivrer de toute immoralité et par ricochet de tout autre péché, afin que je sois trouvé irrépréhensible devant Lui.

L’Église avait eu ce jour un siège de prière et c’est au cours de ce siège que Dieu m’a aidé à exposer le diable dans ma vie à travers la confession de ces péchés devant tous! Avec cet acte courageux aux conséquences répercutantes, Dieu m’a purifié et m’a restauré dans son amour ineffable. Aujourd’hui je vis dans la paix, le repos et dans l'Espérance qu’un jour je verrai avec ravissement, la face du Dieu bienheureux, seul sage et digne de toute louange, Lui qui par sa grâce m’aidera à ne plus jamais retourner à ces choses !

A celui qui peut nous préserver de toute chute soient Force, Honneur et Gloire !!

Arsino de Jésus !

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Se connecter

Contact Info

CMCI SUD FRANCE
1 Impasse de Monaco
31100 Toulouse, France

Mail : contact @cmcisudfrance.org
Bureau : +33(0)5.62.17.76.50
Mobile : +33(0)6.15.28.91.89

 

WORLD CONQUEST

We Support WORLD CONQUEST