Ministère aux familles

Apprenons de Nabal et Abigaïl

À Maon, il y a un homme très riche. Il possède 3 000 moutons et 1 000 chèvres. Sa propriété est à Karmel, et il se trouve là pour couper la laine de ses moutons. Cet homme s’appelle Nabal et sa femme s’appelle Abigaïl. Abigaïl est intelligente et belle, mais son mari est dur et méchant. Il appartient au clan de Caleb.
1 Samuel 25:2‭-‬3
Lire jusqu'au verset 42.

L’impact des noms que l’on donne aux enfants: Bénédiction ou Malédiction

Les noms que l’on donne aux gens ont un impact sérieux sur les personnes qui les portent. Une fois de plus cela s’illustre par la nomination, la désignation des enfants de Jacob, chacun d’un nom particulier. (Cf. Genèse29 : 31-35)
« L'Éternel vit que Léa n'était pas aimée ; et il la rendit féconde, tandis que Rachel était stérile. »
Léa devint enceinte, et enfanta un fils, à qui elle donna le nom de Ruben ; car elle dit : « L'Éternel a vu mon humiliation, et maintenant mon mari m'aimera. » Genèse29 : 31-32

Le nom que l’enfant porte devrait être pour la gloire de Dieu !

« L'Éternel vit que Léa n'était pas aimée ; et Il la rendit féconde »
C’est l’Eternel qui prend toujours l’initiative de bénir et c’est à Lui que devrait revenir la gloire pour toute bénédiction et non à l’homme, en aucun cas, en aucune circonstance. Pour l’attribution du nom de l’enfant, tout devrait être également fait pour que toute gloire soit à l’Eternel, au Père tout puissant.

Dans le cas présent, c’est l’Eternel qui « vit que Léa n’était pas aimée ». Tout était parti de Lui, c’est Lui qui prit souverainement et sans contrainte aucune, ni l’exercice de quelque pression que ce soit, l’initiative de donner un enfant à Léa. IL vit que Léa n’était pas aimée. Et c’est Lui seul qui décida autant souverainement de la rendre féconde ; mais ayant enfanté son 1er fils, Léa ne daigna pas le moindre instant songer à rendre grâce à l’Eternel qui venait de bénir son sein. Au contraire, elle ne pensa exclusivement qu’à sa propre gloire, en s’exclamant ainsi « L’Eternel a vu mon humiliation, et maintenant, mon mari m’aimera ».

En disant pourtant que l’Eternel a vu son humiliation, elle reconnaissait fort bien son incapacité à se faire elle-même des enfants. Mais au lieu de rendre donc grâce au Seigneur pour cela, elle s’est plutôt totalement tournée vers elle-même pour ne regarder qu’à sa propre glorification en s’écriant « maintenant mon mari m’aimera ». Ainsi, sa préoccupation ne portait que sur elle-même. C’était d’être aimée par son mari, ce n’était même pas qu’elle aime son mari, encore moins qu’elle aime l’Eternel, mais plutôt, c’était que son mari l’aime.

Il en est de même aujourd’hui, et à plusieurs égards. Lorsque le Seigneur permet à quelqu’un d’accomplir quelque chose, au lieu que cela le pousse à glorifier Dieu, il cultive plutôt le désir secret d’être exalté par les autres. Après un long jeûne, une bonne prédication, une moisson abondante d’âmes, au lieu que la réaction première soit celle d’être reconnaissant envers le Seigneur d’avoir doté le pécheur, le terrestre que l’on est de telles capacités, l’on se met plutôt à nourrir le désir à l’intérieur d’être célébré par les hommes autour de soi. Et c’est ainsi qu’après certaines bénédictions de Dieu, bien des gens se détournent de Dieu, soit pour ne désormais accorder leur attention qu’à la dite bénédiction, soit pour ne se préoccuper plus que de soi même. Ainsi, plusieurs rétrogradent après avoir eu un époux ou une épouse, abandonnent le Seigneur après avoir trouvé un emploi, ou demeurent des personnes au cœur partagé suite à une nomination ou à une amélioration des conditions de vie.
Léa pour sa part, n’avait trouvé comme bonne réaction à la naissance de son premier fils que le fait de lui donner un nom qui signifie : mon mari m’aimera : Ruben. Et ce nom qui n’était pas pour lui une bénédiction ne put le préserver plus tard d’être maudit à la suite de l’acte infâme qu’il posa contre son père et contre Dieu en prenant la concubine du père : il perdit immédiatement le droit d’aînesse : un nom qui en aucun cas ne glorifiait pas Dieu ne put le mettre à l’abri d’une telle malédiction.

Cette recherche de la gloire personnelle dans l’attribution des noms ne s’arrêta pas seulement après la naissance de Ruben. Il en fut de même pour les deux naissances suivantes. La Bible dit en effet, «  Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : l’Eternel a entendu que je n’était pas aimée, et il m’a aussi accordé celui-ci . Et elle lui donna le nom de Siméon. Elle devint encore enceinte et enfanta un fils, et elle dit : pour cette fois, mon mari s’attachera à moi ; car je lui ai enfanté trois fils. C’est pourquoi on lui donna le nom de Lévi ».

A la naissance des 3 premiers fils, les noms ont été donnés pour la gloire personnelle. Ce n’est qu’après la naissance du 4e fils de Jacob que Léa résolut de lui donner enfin un nom qui a fait un impact éternel très positif sur l’enfant : elle a enfin donné à l’enfant un nom qui était une gloire pour Dieu. Ce n’est que l’unique fois où de ses six accouchements elle a été poussée à glorifier le Seigneur.

En effet, elle s’était enfin écriée, d’après ce que la Bible déclare après la naissance du quatrième fils «  cette fois, je louerai l’Eternel, c’est pourquoi elle lui donna le nom de Juda » ( Juda sans ‘s’ ).
Cette fois ! Cette fois ! Cette fois ! Je louerai l’Eternel ! Je louerai l’Eternel !Je louerai l’Eternel : c’est pourquoi elle donna le nom de Juda. Juda : je louerai l’Eternel.
Le nom de Juda a été donné entièrement à la gloire de Dieu. C’est pour glorifier Dieu de bout en bout, du début à la fin, que ce nom a été donné à l’enfant. Dans l’attribution du nom de Juda , la motivation intérieure était de glorifier Dieu. Ainsi, le don de ce nom n’a été en aucun moment et d’aucune manière entachée de motifs charnels, ni d’aucune simulation, ni stimulation pour la gloire ou l’exaltation d’un homme ; mais ( au contraire), cela ne l’a été que pour la gloire de Dieu, de bout en bout, et la gloire de Dieu seul.

Ainsi il n’y avait dans l’attribution de ce nom que de la pureté de bout en bout. La motivation intérieure pour le donner était simple et pure, et le tout pour la gloire exclusive de Dieu. Ce nom de Juda à donc été donné pour exalter Dieu.

La bénédiction, la 1ère des bénédictions des parents pour leurs enfants au moment de l’accouchement, c’est le nom qu’ils leur donnent. Les motivations doivent être pures ; ce doit avoir été une incitation du Seigneur. Ce doit avoir entièrement été l’inspiration du Saint-Esprit.

Est-ce le Saint-Esprit qui t’a révélé le nom que tu as donné à l’enfant que tu as accouché ? Quelle était au fond de toi la motivation réelle pour le don de ce nom ? Etait-ce exclusivement pour la gloire de Dieu ? Ou alors, également pour la gloire de l’homme ?
Si le don du nom l’a été exclusivement et entièrement pour glorifier Dieu, alors tu as béni l’enfant d’une bénédiction éternelle. Par contre, si cela ne l’a pas été pour la gloire entière et exclusive de Dieu, si cela ne l’a pas été pour la seule raison de plaire à Dieu et rien qu’à Lui, alors cet enfant n’a pas été béni.
Tant que le nom donné à l’enfant ne provient pas d’une révélation personnelle de Dieu comme nom devant lui être donné, alors cet enfant n’a pas été béni.

Le nom inspiré par le désir de plaire entièrement à Dieu : son impact dans la protection contre les malédictions.

Juda. Juda. Juda. Ce nom signifie : je louerai l’Eternel et la louange de l’Eternel est demeurée éternellement attachée sur la personne qui à porté ce nom.
Il n’y a rien de particulier qui a dans l’ensemble distingué ce fils de Jacob de ses autres enfants. Et ses mauvais agissements devraient lui avoir valu autant de malédictions que celles que ses autres frères ont connues. Mais au lieu de cela, il en a toujours été miraculeusement épargné. Il a, en effet, souvent été très mal agissant. Il a souvent commis de grandes abominations, et de bien plus grandes que beaucoup de ses frères. Mais la bénédiction du nom reposant sur lui de façon inchangeable, le nom l’a toujours poursuivi pour le bénir continuellement et dévier la malédiction qui aurait pu atterrir lourdement sur lui.

Ses défaillances

Juda avait commis beaucoup de fautes d’entre lesquelles les suivantes :

⦁ Premièrement, Juda a été, sais de jalousie à l’égard de Joseph, celui qui le 1er a suggéré qu’il soit vendu aux israélites. (Genèse37 : 23-28). En cela, il était celui qui s’opposait le plus à l’accomplissement de la volonté de Dieu selon les promesses des songes de Joseph, devant qui parents et frères allaient se prosterner. Non content de ce que Dieu avait ainsi établi les choses, c’est Juda qui le 1er a pris l’initiative d’écarter d’eux «  le faiseur de songes » comme pour mettre Dieu au défi de son accomplissement. Et il y a échappé. Par contre Lévi et Simon qui étaient très violents à l’égard des Sichémites ont été «  désavoués », et pour une seule faute commise Ruben a perdu le droit d’aînesse.

⦁ Deuxièmement, tandis que tous les enfants de Jacob étaient supposés demeurer ensemble et près les uns des autres, Juda fut d’entre ses frères le premier à s’éloigner des autres. Genèse38 :1 «  En ce temps là, Juda s’éloigna de ses frères et se retira vers un homme d’Adullam nommé Hira ». Ainsi, Juda avait entrepris de quitter la compagnie du peuple de Dieu pour s’attacher aux païens, aux incirconcis. Mais il n’en a pas subi la lourdeur de sa faute visiblement peut-être parce que la bénédiction du nom sur lui l’en a épargné carrément.

⦁ Troisièmement Abraham avait fait jurer son serviteur qu’il ne prendrait pas de femme étrangère pour Isaac. Et Isaac, le grand-père de Juda, a dû aller, pour plaire à ses parents, être marié avec une parenté dans la famille, la descendance du frère d’Abraham ; et de même, Isaac a donné à Jacob la recommandation ferme de ne pas prendre de femmes étrangères. Juda, lui, faillit à cette loi. Et dans une certaine mesure, il aurait dû subir ce qu’Esaü avait subi : le rejet par ses parents. Mais tel n’a pas été le cas. Non seulement ses parents ne l’ont peut-être pas rejeté, mais également, Dieu certainement ne l’a pas rejeté. Pourquoi donc ? La bénédictin du nom reposait déjà sur lui : «  Je louerai l’Eternel » rendait toute malédiction nulle et non avenue pour «  (ce qui concernait) Juda. La malédiction ne parvenait pas à avoir de place dans sa vie. Dans un sens, la bénédiction que procure le nom avait déjà tout envahi et pris toute la place et empêchait la malédiction d’y trouver la sienne.

⦁ Quatrièmement, il n’a pas bien élevé ses enfants. Et certainement, les noms qu’il leur a donnés sans que cela l’ait été sous l’inspiration du Saint-Esprit ont été incapables de les préserver de la malédiction ? Er, son premier fils, était méchant aux yeux de l’Eternel : il est mort, Onan également. Pourquoi ? Les enfants n’avaient pas, comme leur père, reçu des noms qui devaient leur garantir la bénédiction et les préserver de toute malédiction. La faute dans un sens était celle du père : mais ce sont les enfants qui ont péri.

⦁ Cinquièmement, Juda a menti à Thamar au sujet de Schéla, et n’a pas apparemment été inquiété pour cela.

⦁ Sixièmement, Juda est allé jusqu’à introduire ou encourager la prostitution en Israël. Il aurait dû être puni pour cela. Car à cause de ce qu’il était dans le cœur un prostitué (influencé certainement par les pratiques qui avaient cours au pays d’Adullam), il est tombé dans le piège de Thamar pour commettre l’inceste en Israël, ce qui ne devait pas se faire (Lévitique 18 :15).

Nous pouvons donc à partir de tous ces cas et bien d’autres voir que Juda a commis un grand nombre de crime qui ne lui auraient pas permis de continuer d’exister. Mais la bénédiction que lui assurait son nom a dû jouer un très grand rôle pour toujours le préserver et le protéger des châtiments et sanctions auxquelles il aurait dû normalement avoir part.

Les bénédictions ayant accompagné ce nom

Nombreuses sont les bénédictions ayant accompagné le nom de Juda. Nous tentons d’énumérer quelques-unes ci-dessous, et plusieurs certainement sont en reste.

Tout d’abord, il importe de noter que les noms ont été donné aux enfants tandis que Jacob se trouvait encore chez son beau-père à Padan-Aram en Mésopotamie, et donc sérieusement éloigné du lieu de résidence finale de ce peuple. Cependant la bénédiction procurée par ce nom a suivi Juda jusque dans la Terre Promise où ils devaient s’établir.

⦁ Premièrement, le Royaume de Juda a été le centre de la vie spirituelle en Israël, et non seulement en Israël, mais bien plus, sur toute la terre.

⦁ Deuxièmement, sa capitale Jérusalem est devenu le Centre de la nation et le lieu où il fallait adorer Dieu, au cœur du Royaume de Juda, à cause de la signification du nom Juda, qui est : je louerai l’Eternel.

⦁ Troisièmement, le plus grand chantre, le plus grand homme de louange que le royaume ait jamais connu est issu de cette tribu et il ne pouvait en être autrement puisque c’est la tribu de « Je louerai l’Eternel ». La louange de l’Eternel à cause de la signification de ce nom ne pouvait mieux se faire que dans le territoire dont la signification du nom fait la prophétie de la louange de l’Eternel.

⦁ Quatrièmement, la ville de Dieu dans les cieux, le lieu de rassemblement de Dieu avec ses serviteurs, le Tabernacle Eternel porte (en toute logique) le nom de Jérusalem, sous la désignation alors de Jérusalem Céleste, ainsi par ailleurs le nom de la capitale terrestre du royaume de Juda. Pourquoi cela ? Evidement du fait de la meilleure correspondance de ce nom par rapport à ce qui sera fait au Ciel. Là-bas en effet, il y aura une louange continue : ce qui est bien l’illustration de Juda, c’est-à-dire je louerai l’Eternel. Et c’est là une bénédiction retentissante découlant du nom qui avait été donné à un enfant à des centaines de kilomètres de ce lieu de résidence final. Le nom qu’on donne à l’enfant a un impact éternel sur lui : quelle grandeur ! Quel honneur ! Quelle bénédiction ! Quand on parvient à se détacher totalement de soi et des intérêts charnels humains pour ne penser exclusivement qu’aux intérêts de Dieu ! C’est la gloire! La gloire ! La véritable gloire.


Mais ce n’est pas encore tout, comme bénédiction suprême ayant découlé d’un nom tout simplement donné à l’enfant et qui signifiait « Je louerai l’Eternel » c’est de Juda qu’est sorti le Messie, l’Oint de Dieu, le Souverain Berger, le Prince du salut et suprême gardien de nos âmes, le Seigneur Jésus-Christ. Et tout cela ne l’a été simplement qu’en raison du nom «  Juda » « Je louerai l’Eternel ». Et à la faveur de la naissance de Christ dans la postérité de Juda, la louange de l’Eternel y a été établie de façon éternelle. Quelle formidable faveur ! Quelle gloire ! L’impact du nom ! L’impact du nom ! L’impact du nom ! Le nom a un impact éternel sur la personne à qui on le donne.

Que comprendre donc de cela.

Que comprendre donc de ceci ?
Tout d’abord, il ne s’agit pas maintenant d’aller donner à tout enfant le nom de Juda ! Il ne s’agit pas non plus de choisir personnellement, de choisir de sa propre initiative des noms de la Bible en raison de leur signification pour les donner à l’enfant, ou aux enfants. Ce serait juste de la chair, de la manifestation de la vaine gloire.

Ce qu’il faut comprendre de cela, c’est que l’on doit toujours s’assurer que le nom qui est donné à l’enfant est une révélation du Seigneur , une inspiration du Saint-Esprit, il faut donc que le nom ait été inspiré par le Seigneur et donné à l’enfant pour plaire entièrement à Dieu, et rien qu’à lui. Il n’y faut point l’intention ne serait ce qu’infime, de plaire ni à la chair, donc à soi, ni à l’homme tout court, qui qu’il soit, tant que ce n’est pas cela la volonté du Seigneur. Il faut donc que le mobile n’ait pas été de plaire à soi, ni à quelqu’autre être humain que ce soit, conduit par la chair. Il faut qu’au fond de son cœur on cherche exclusivement et vraiment, à plaire au Seigneur : ceci bien évidemment non de son propre Chef, mais selon une révélation du Seigneur.

Le nom de Jean (-Baptiste) a été une révélation du Seigneur. Le nom de Jésus également a été une révélation du Seigneur.

Alors tout nom donné devrait être une inspiration du Seigneur. Cela ne devrait en aucun cas être l’œuvre de la chair. Tout ce qui est fait selon la chair ne produira aucun impact. Il faut s’assurer qu’en donnant le nom à l’enfant, que ce nom là soit entièrement et profondément spirituel c’est-à-dire émanant du Saint-Esprit, pour également bénir l’enfant de bout en bout, à la seule gloire de Dieu.

En définitive, tout nom qu’on donne à l’enfant doit avoir été reçu clairement de Dieu et pour Lui. Le nom doit être donné pour faire entièrement plaisir à Dieu, dans les motifs et les mobiles les plus profonds du cœur. Ainsi alors a-t-on à jamais béni l’enfant.

Que la gloire soit à Dieu pour son excellence. Il est excellent ! Il est excellent ! Il est excellent ! Alléluia !

 

Joseph Jacka

APPRENONS D’ARAM ET JOKEBED

1) Qui était Amaram et qui était Jokebed
« Un homme de la maison de Lévi » et « une fille de Lévi ». - (Exode 2 :2) - Amram, le Lévite, s'était marié avec une fille de Lévi

 

2) Que devons-nous tirer de cette union?

a-Unis dans la foi en Dieu
Ici, nous avons un mariage entre deux personnes de la même maison, deux personnes qui ont la même histoire,les mêmes affections pour Christ. Quelle belle union ! Quelle union selon Dieu ! Aussi, quelle bénédiction il y aura dans ce foyer.
Retenons qu’en tant qu’enfant de Dieu il est important d’épouser un enfant de Dieu Pour trouver le conjoint qui te convient, il est nécessaire de rester dans la dépendance du Seigneur par la prière. Il est indispensable d'attendre la direction de Dieu.

b-Traverser les grandes épreuves ensemble en tant que couple
Amram et Jokébed ont montré une véritable unité dans la foi en traversant de grandes épreuves : « Dans ce temps-là naquit Moïse » (Act. 7 : 20). Ses parents connaissaient l'ordre du Pharaon : tous les jeunes garçons hébreux devaient être tués. Alors, était-ce bien le moment de se risquer à mettre un enfant au monde ? De plus, ils avaient déjà deux enfants, une fille et un fils de quelques années de plus. Cela ne suffisait-il pas ?
Mais Dieu avait confié cet enfant à Amram et Jokébed, Il le voulait pour Lui. Il préparait le Libérateur de son peuple dont Il avait vu l’affliction et entendu le cri. Ses parents pourraient-ils tuer cet enfant pour obéir à l’ordre du Pharaon ? Non, « ils ne craignirent pas l’ordonnance du roi ». Ce couple accepta l’arrivé du 3ème enfant par la foi et comme une bénédiction : un gros risque. Parfois dans la vie il faut prendre des risques
Il est important pour un couple d’être unis même dans l’épreuve. L’épreuve doit nous rapprocher et non nous séparer.
Notons aussi que Amram et Jokébed était un couple qui dans leurs décisions se laissait conduire par Dieu.

c-Un couple Unis dans leurs décisions : Un couple en accord un couple soudé
Esclave parmi les esclaves, JOkebed ne peut rien par sa force face à l’ordre de Pharaon de tuer tout garçon né dans un foyer Israélite. Que faire ? Une idée lui est venue: faire une caisse de jonc pour y déposer son fils sur le bord du fleuve parmi les roseaux (Ex.2/1-10).
Rappelons que si Jokebed et son époux n’était pas en accords, elle n’aurait pas réussi à cacher l’enfant pendant 03 mois. Hébreux 11 :23 « Par la foi, les parents de Moïse le tinrent caché pendant trois mois après sa naissance. Ils virent que c'était un bel enfant et n'eurent pas peur de désobéir à l'ordre du roi ». Si son mari avait trouvé que c’est trop de risques pour le couple elle n’aurait pas pu cacher l’enfant mais parce que ce couple était en accords, unis dans leurs décisions ils parviendront à le faire. Notons ici l’importance et le pouvoir caché derrière nos décisions.
Dans un foyer, il y’a des grandes réalisations qui ne peuvent se faire que si le couple est en accord.
Nous encourageons les couples à être soudés, à être en accords, à décider ensemble.
Le père et la mère doivent avoir un même avis sur l’avenir de leurs enfants. Nous ne devons pas seulement être le père et la mère mais les parents de nos enfants .Ils doivent nous voir liés l’un à l’autre dans l’amour et formant une unité. Si cette relation n’existe pas, les enfants ne manquent pas de s’en apercevoir et pourraient exploiter les failles du couple pour manipuler les parents.

d-Un couple qui agit en toute discrétion
Nos décisions ont impact. Je doute fort que si ce couple avait demandé l’avis de leur pasteur, leurs amis ils les auraient peut-être découragés mais ils se sont engagés ensemble sur le chemin de l’obéissance.
Quand tu es convaincu de ce que Dieu t’a dit fonce et agi ne cherche plus les avis des hommes.
Ne laisse personne prendre les grandes décisions de ta vie.

e-Un couple au repos confiant en Dieu
Bien que sa soeur se tînt à distance pour garder l’enfant, Amram et Jokébed n’ont-ils pas dû éprouver craintes et angoisses ? Certainement, mais la confiance en Dieu leur permettait de rester chez eux, loin de leur enfant qu’ils avaient confiés à Dieu ; mais, quoiqu’il en soit, Dieu sait « de quoi nous sommes formés » : nous craignons bien souvent, malgré que nous ayons tout remis entre ses plutard, l’enfant leur sera remis pour être allaité. Jokébed put allaiter son bébé. Mais nous sommes persuadés qu'elle a profité de ces années, non seulement pour nourrir Moïse, mais aussi pour l'élever « dans la crainte de l'Eternel », comme le dit la Bible.
Nous ne savons pas combien de temps elle l'a gardé. La Bible dit seulement : « L'enfant grandit, et elle l'amena à la fille du Pharaon ». Elle a sûrement prolongé et mis à profit cette période aussi longtemps et aussi bien que possible.
Apprenons à mettre à profit les temps que nous passons avec nos enfants.
Ce couple savait qu’il pouvait compter sur Dieu pour cet enfant placé à la cour du roi, et c’est certainement avec prières qu’il regarde à Lui. Ici encore, leur foi ne sera pas déçue ; ce n’est pas en vain que la semence aura été déposée dans ce coeur, dès le tout jeune âge. Quelle joie a dû être celle de Jokébed et d’Amram, lorsque « Moïse, étant devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille du Pharaon, choisissant plutôt d’être dans l’affliction avec le peuple de Dieu que de jouir pour un temps des délices du péché, estimant l’opprobre du Christ un plus grand trésor que les richesses de l’Égypte, car il regardait à la rémunération » (Hébreux 11, 24-26). Pourrions-nous désirer joie plus grande pour ce qui concerne nos enfants ?

f-Un couple récompensé
A cause de leur foi, ce couple a été comblé au-delà de ce qu’il pouvait espérer : non seulement leur fils est « sauvé des eaux », mais également ils ont le bonheur de l’élever en percevant une « allocation familiale » - Ex.2/9 « Emmène cet enfant et allaite-le-moi, lui dit la fille du Pharaon, et c’est moi qui te donnerai un salaire.
Seul Dieu honore ceux qui se confient en Lui par la foi. Ce couple avait agi « par la foi » (Héb.11/23 et Dieu s’est occupé de tout le reste
Dieu fera toujours ce que nous ne pouvons pas faire mais il ne fera jamais ce que nous devons faire alors ne laissons pas tout à Dieu.

g-Un couple qui réussit dans l’éducation de leurs enfants, un couple qui enfante des géants des champions de Dieu, un couple clé pour la nation
C'est une bénédiction pour Myriam, Aaron et Moïse d'avoir eu des parents bien unis et d'avoir reçu une bonne éducation dans la crainte du Seigneur ; leur vie en a été marquée.
Rappelons-nous ce qu’ont été les trois enfants d’Amram et Jokébed !
Leur fils aîné, Aaron devient souverain sacrificateur de la nation Juive – Ex.28/1.
Leur fille, Myriam première prophétesse, dirige les chants au moment du découragement – Ex.15/20-21.
Moïse, lui devient libérateur et chef du peuple. Il reçoit la loi et devient le guide de la nation Juive. L’Ecriture parle de lui comme étant « un homme fort patient plus qu’aucun homme sur la face de la terre » Nomb.12/3
Pour nous, Dieu nous donne un moyen efficace pour préserver nos enfants : la Parole de Dieu
Prov.22/6 : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. Nos enfants doivent sentir notre respect, notre amour, notre foi, notre obéissance à l’égard des Écritures Nous ne devons pas devenir un scandale pour eux. Il est grand temps de revenir à Dieu à notre premier amour

Comment es-tu en train d’impacter la vie de tes enfants ?

Malgré un milieu hostile, ce couple découvre le secret de la victoire : une foi vivante en un Dieu vivant.

Que Dieu aide les couples chrétiens à Lui faire confiance. On peut vivre au milieu d’un monde mauvais et pervers et cependant réussir dans l’éducation de ses enfants.

Pour qu’il y ait beaucoup de Moïse - refusant... choisissant... estimant... beaucoup d’Aaron et de Myriam- puisse-t-il y avoir beaucoup d’Amram, beaucoup de Jokébed.

Marie Blanche K.

Apprenons d’Adam

aimetoujours

De prime à bord, on pourrait se poser la question de savoir que peut-on bien apprendre d’Adam ? Le monsieur à cause de qui nous souffrons aujourd’hui … Mais Gloire à Dieu car dans chaque homme il y’a des défauts mais aussi des qualités. Nous allons ensemble apprendre d’Adam.

Nous tirons notre partage de Genèse 3 et Genèse 4 :1
Gen 3 : 17-19 « Puis le SEIGNEUR dit à l'homme : « Tu as écouté ta femme et tu as mangé le fruit que je t'avais interdit de manger. À cause de toi je maudis le sol. Tu devras te fatiguer tous les jours de ta vie pour tirer ta nourriture de la terre. Tu gagneras ta nourriture en transpirant beaucoup, jusqu'à ta mort. À ce moment-là, tu retourneras dans la terre d'où tu viens. Oui, tu es fait de poussière et tu retourneras à la poussière»
Voilà en gros les conséquences du péché d’Adam induit en erreur par son épouse Eve car il dira : « La femme que tu m'as donnée, c'est elle qui m'a donné ce fruit, et j'en ai mangé. » Et même dans la punition de Dieu Il commence par dire « Tu as écouté ta femme » donc tout tournait autour de la femme comme la coupable identifiée.
Pour Adam, Eve était la cause de ses problèmes avec Dieu, la cause de son péché, la cause de sa malédiction, la raison pour laquelle il est chassé du jardin d’Eden où il avait tout à sa disposition.
J’aimerais dire à un couple, il y’a des jours où les décisions de ton conjoint vont vous tirer vers le bas, vous créer des problèmes, ton conjoint pourrait attirer des tourments dans ta vie, ta chute pourrait venir de ton conjoint, ton conjoint pourrait être la cause de ta perte d’emploi, d’argent, de relations, des fois tu pourrais t’asseoir et dire ce conjoint n’a apporté que du malheur dans ma vie : c’était le cas d’Adam …. Mais que faire ?

Genèse 3 :20 « L'homme, Adam, donne à sa femme le nom d'Ève, c'est-à-dire « la Vivante ». En effet, elle est la mère de tous les vivants ».
Après qu’ils soient chassés du jardin d'éden, Adam ne dit pas à sa femme: ma chérie nos routes se séparent ici, tu ne m’as apporté que des malheurs , marquons une pause pour voir claire ou alors je divorce. Non ! au contraire Adam donne un nom prophétique à sa femme, il lui donne un nouveau nom (son nom d’amour ah ah ah le nom de son chéri, elle cesse d’être la Femme que Dieu a mise à ses côtés et devient EVE "la vivante". Comment appelles-tu ton conjoint quand tu es en colère ? Quand tout va mal entre vous? Adam a donné un nom prophétique à sa femme. Peut être dans la colère tu donnes beaucoup de noms à ton conjoint, mais des noms d'insultes, d'objets, d'animaux, toutes sortes de noms qui sont malheureusement des noms négatifs, maléfiques et pas du tout bénéfiques, positifs encore moins prophétiques.

Adam ne s’arrête pas là, c’est comme s’il se disait : « malgré tout le mal que tu m’as fait, nous avons été unis pour la vie et je m’engage à ne te faire que du bien » Genèse 4 : 1 L'homme s'unit à Ève, sa femme. Elle devient enceinte et elle met au monde Caïn. Adam va s’unir à sa femme, à la vivante et donner naissance à leur premier enfant. En tant de crise dans ton foyer repousses-tu ton conjoint ou alors tu t’unis à lui ? Les crises ne doivent pas être une occasion de faire du chantage sexuel à son conjoint. Apprenons d’Adam il ne repoussa pas sa femme mais s’unit à elle. Les crises doivent vous amener à davantage vous unir et non vous séparer. Les crises sont un appel pour le couple à revenir ensemble (ensemble dans le lit, ensemble dans la communication, ensemble dans les activités, ensemble pour faire le bilan et tirer des leçons, ensemble pour se dire la vérité de manière honnête dans l’amour et l’humilité, ensemble pour se soutenir, ensemble pour mettre en commun ses forces, ensembles pour résoudre les problèmes et s’aider mutuellement). N’oubliez pas, vous êtes dans le même bateau. Si le bateau avance alors tous les passagers à bord avancent, par contre si on fait un trou dans le bateau tous les passagers également coulent.

Au dernier jour j’aimerais dire merci à Adam pour ces valeurs. Que le Seigneur nous bénisse. S’il te plait toi aussi partage nous ce que tu apprends de la vie d'Adam.

Marie Blanche K.

Qu'est ce que le mariage?

Le mariage c’est:

- La capacité inhabituelle d’amener une femme à se soumettre promptement. Tune peux pas contraindre une femme à se soumettre. Si tu utilises la force tu as déjà échoué. Le minimum, la soumission volontaire, la soumission joyeuse.

- La capacité inhabituelle de voir loin et longtemps à l’avance. Pour dire voilà où nous allons et elle s’efforce à voir et tu dis : tu ne vois pas ? Allons, suit moi et elle va te suivre joyeusement. Vous pouvez tous deux voir mais tu dois voir plus loin parce que tu es le chef.

- La puissance de poursuivre Dieu. Le chef doit être un plus grand poursuiveur de Dieu. Il doit revenir d’où il est allé chercher Dieu et dire voici où nous allons, voici ce que Dieu dit. Un chercheur brutal de Dieu. Tu dois connaître Dieu, si quelqu’un doit risquer sa vie pour te suivre et tu ne connais pas Dieu c’est un danger.

LA DOT : Que dit la bible à ce sujet ?

RUBRIQUE : PASTEUR J’AI UNE QUESTION

 

LA DOT : Que dit la bible à ce sujet ?

Lectures : Gen24 et Gen34

 

Question : Dans quelles conditions peut-on parler de dot ?

Pasteur : On ne peut parler de dot que lorsque deux autorités (du côté de la femme et de celui de l’homme) se sont pas engagées. C’est d’ailleurs pourquoi le serviteur d’Abraham s’est d’abord préoccupé de savoir qui est l’autorité de Rébecca pour traiter avec elle.

C’est sur cette base que la dot doit être établie

 

Question : A qui doit-on s’adresser  concernant la dot?

Pasteur : Commençons par étudier la dot de Rébecca dans  Genèse 24 :23 “Et il dit : De qui es-tu fille ? Dis-le-moi, je te prie. Y a-t-il dans la maison de ton père de la place pour passer la nuit ?”

Nous voyons ici que la première des choses c’est de chercher qui est l’autorité de cette fille. Parce que le mariage se traite avec l’autorité des deux fiancés. On peut dire que c’est une transaction entre deux autorités.

 

Question : Est-ce une obligation que ce soit les parents de chacun des conjoints ?

Pasteur : Non, il s’agit du responsable de la famille de l’homme et du responsable de la famille de la femme. Sachant que les parents peuvent décider de déléguer leurs responsabilités à qui ils veulent. Le plus important est que cela soit traité par les différents responsables (autoriés) des familles.

Genèse 24 :50-51 “ Laban et Bethuel répondirent, et dirent : C'est de l'Eternel que la chose vient; nous ne pouvons te parler ni en mal ni en bien. Voici Rebecca devant toi; prends et va, et qu'elle soit la femme du fils de ton seigneur, comme l'Eternel l'a dit.”

Dans le cas présent Béthuel le père de Rébecca a délégué son autorité à Laban son fils (remarquons que dans l’ordre d’apparition des noms, celui de Laban vient avant celui de son père Bethuel) qui était le frère aîné de la jeune fille. Ce dernier aurait pu décider de ne pas donner sa sœur en mariage.

Il est très important de discerner qui est l’autorité et à qui  va t-on s’adresser.

 

Question : Une femme pourrait elle être le responsable d’un conjoint ?

Pasteur : Notez bien qu’on parle ici d’autorité, cela signifie qu’il n’est ici nullement question de sexe. Déborah est un exemple qu’on peut citer, bien qu’étant une femme mariée, elle était quand même juge en Israël, donc l’autorité de cette nation.

 

Question : Un jeune fiancé pourrait-il se présenter lui-même à la famille de la fille ?

Pasteur : Non,  il faudra qu’il se fasse obligatoirement accompagner par un responsable de sa famille.

 

Question : La dot représente-t-elle donc une alliance entre deux familles ?

Pasteur : Effectivement il s’agit bel et bien d’une alliance entre les deux familles. La bible le confirme dans Genèse 34 :9 Alliez-vous avec nous; vous nous donnerez vos filles, et vous prendrez pour vous les nôtres. Et pour qu’il ait une alliance il faut qu’il y’ait un accord.

 

Question : De quoi est constituée la dot ?

Pasteur : Dans Genèse 34 :11-12Sichem dit au père et aux frères de Dina: Que je trouve grâce à vos yeux, et je donnerai ce que vous me direz. exigez de moi une forte dot et beaucoup de présents, et je donnerai ce que vous direz; mais accordez moi pour femme la jeune fille”

Ici on voit que la dot est un élément qui permet de trouver grâce auprès des responsables de la fille afin de donner la fille comme femme à un homme.

On remarque également que la dot est quelque chose d’exigible, c’est-à-dire que les parents de la fille doivent exiger la dot (Dans le cas de Sichem, il parle même d’exiger une forte dot). Elle est aussi accompagnée de cadeaux (comme dans le cas présent), en vue de signer cet accord, pour « accorder » la femme.

 

Question : Comment faudrait il procéder par la suite ?

Pasteur : Lorsque  la négociation aboutie, et que le prix de la dot a été fixé, le serviteur  fait alors des cadeaux au frère et à la mère de la fille, après quoi ils se réjouissent de la cérémonie de dot et de mariage par la même occasion qui a eu lieu. On constate comme je le disais plus haut que Bethuel finalement n’a lui-même rien eu, mais plutôt son fils, sa femme et sa fille. Voilà pourquoi le nom de  Laban apparaissait en premier, et c’est lui qui a effectivement pris la dot.

 Genèse 24 :53-54Et le serviteur sortit des objets d'argent, des objets d'or, et des vêtements, qu'il donna à Rebecca; il fit aussi de riches présents à son frère et à sa mère. Après quoi, ils mangèrent et burent, lui et les gens qui étaient avec lui, et ils passèrent la nuit. Le matin, quand ils furent levés, le serviteur dit : Laissez-moi retourner vers mon seigneur.”

On voit aussi que la dot est un moment de réjouissances, de fête qui vient sceller les accords et les alliances qui ont étés faits. C’est un moment de célébration.

 

Question : Peut-on considérer la dot comme un mariage de nos jours ?

Pasteur : Lorsqu’il y’a dot, il y’a premier acte de mariage (dans le but de se soumettre à l’autorité familiale et parentale que Dieu a établi sur nous dans la famille). La remarque est qu’ici on parle de Premier acte, parce qu’il est précurseur d’autres actes de mariage, cités ci-dessous dans l’ordre:

-        L’acte d’état Civil de mariage : dans le but de se soumettre à l’autorité civile que Dieu a établi sur nous dans la société.

-        L’acte de la bénédiction Nuptiale : dans le but de se soumettre à l’autorité ecclésiastique (Eglise) que Dieu a établi sur la terre.

-        L’acte conjugual (la consommation du mariage) : dans le but de fusionner.

 

Question : Est ce possible d'avoir le ou les passages de la Bible qui décline les 4 étapes du mariage?

Pasteur : Matthieu 19 :4-6 Il répondit: N'avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l'homme et la femme et qu'il dit: C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair? Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l'homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.

​1- Au commencement d'une relation : fiançailles entre un homme et une femme
​2- L'homme quitte son père et sa mère et s'attachera à SA femme : pour prendre femme avoir la bénédiction de ses parents (dot et démarche devant les autorités et la société)
​3- Dieu les joints (Bénédiction divine)
​4- Devienne une seule chair (consommation du mariage: acte conjugal)

Il y’a mariage lorsque les quatre actes sont réunis: c'est à dire jusqu'à la consommation du mariage. Notons que dans certains cas (selon les régions et les localités, l’autorité civil et ecclésiastique peut être conféré à la même personne c’est le cas au canada ou au USA, les pays ou le pasteur à la délégation du gouvernement pour établir l’acte d’état civil de mariage), le pasteur peut faire l'acte civil et la bénédiction en une fois, bien sure après s'être assurée de la bénédiction des parents, de la famille.

 

Question : Après la dot, peut-on se mettre en couple avec son/sa fiancé et vire ensemble?

Pasteur : La dot est juste le premier acte comme dit ci-dessus, mais ce n'est pas encore le mariage, donc il n'est pas permis de se mettre en couple après la dot. Il faudrait accomplir les deux actes suivant avant de vivre ensemble (l'acte civil et la bénédiction nuptiale). Dans certaine culture, l'acte ou cérémonie de la dot fait à la fois office d'acte de mariage et de bénédiction nuptiale parce c'est une seule et même instance qui régis à la fois sur les décisions familiales, administratives et spirituelles, à ce moment là oui on peut vivre ensemble car les trois actes qui permettent de vivre ensemble selon la Bible est faite, c'est l'exemple de Rebecca (la dot, l'état civil et la bénédiction nuptiale est faite par la même instance).

 

Question : J'aimerais savoir les éléments qui constituent la dot (le matériel), et qu'elle est la somme de la dot (en espèce)?

Pasteur : La dot est un accord entre les deux familles. Elle est fixée par la famille de femme à la famille de son fiancé. Elle peut donc être constituée de biens matériels diverses et variés au bon désire de la famille de la femme et d'un montant forfaitaire fixé. Il arrive aussi que c'est la famille de la femme qui donne la dot. Par exemple en inde dans certaines tributs c'est la femme qui paie la dot pour se marier. Voici ce que nous voyons comme exemple dans la Bible :

Exode 22:16-17
Si un homme séduit une vierge qui n'est point fiancée, et qu'il couche avec elle, il paiera sa dot et la prendra pour femme. Si le père refuse de la lui accorder, il paiera en argent la valeur de la dot des vierges.

Genèse 34:12
Exigez de moi une forte dot et beaucoup de présents, et je donnerai ce que vous me direz; mais accordez-moi pour femme la jeune fille.

Genèse 24:53
Et le serviteur sortit des objets d'argent, des objets d'or, et des vêtements, qu'il donna à Rebecca; il fit aussi de riches présents à son frère et à sa mère.

Genèse 29:16-28
Or, Laban avait deux filles: l'aînée s'appelait Léa, et la cadette Rachel. Léa avait les yeux délicats; mais Rachel était belle de taille et belle de figure. Jacob aimait Rachel, et il dit: Je te servirai sept ans pour Rachel, ta fille cadette.Et Laban dit: J'aime mieux te la donner que de la donner à un autre homme. Reste chez moi! Ainsi Jacob servit sept années pour Rachel: et elles furent à ses yeux comme quelques jours, parce qu'il l'aimait. Ensuite Jacob dit à Laban: Donne-moi ma femme, car mon temps est accompli: et j'irai vers elle. Laban réunit tous les gens du lieu, et fit un festin. Le soir, il prit Léa, sa fille, et l'amena vers Jacob, qui s'approcha d'elle. Le lendemain matin, voilà que c'était Léa. Alors Jacob dit à Laban: Qu'est-ce que tu m'as fait? N'est-ce pas pour Rachel que j'ai servi chez toi? Pourquoi m'as-tu trompé? Laban dit: Ce n'est point la coutume dans ce lieu de donner la cadette avant l'aînée. Achève la semaine avec celle-ci, et nous te donnerons aussi l'autre pour le service que tu feras encore chez moi pendant sept nouvelles années. Jacob fit ainsi, et il acheva la semaine avec Léa; puis Laban lui donna pour femme Rachel, sa fille.

1 Samuel 18:25
Saül dit: Vous parlerez ainsi à David: Le roi ne demande point de dot; mais il désire cent prépuces de Philistins, pour être vengé de ses ennemis. Saül avait le dessein de faire tomber David entre les mains des Philistins.

1 Rois 9:16
Concept des Versets
Pharaon, roi d'Égypte, était venu s'emparer de Guézer, l'avait incendiée, et avait tué les Cananéens qui habitaient dans la ville. Puis il l'avait donnée pour dot à sa fille, femme de Salomon.

Pour finir, sachons que la dot relève de la décision de la famille de la femme qui est donc libre d'exiger ou pas une dot. Quand le roi d'Israël Saül voulait donner sa fille Mical en mariage à David, nous lisons, dans 1 Samuel 18:25 : « Le roi ne demande point de dot… »Et  David a épousé Mical, sans avoir payé la dot. Mais en réalité pour avoir Mical il a payer quelque choses (100 prépuces de Philistins). Pour avoir une femme qui t'appartienne sache qu'il y a un prix à payer. Ne sois donc pas à la recherche du gratuit même pour le mariage. Si une femme à une valeur à tes yeux tu le demontreras en donnant même au dela de ce qui t'est exigé par sa famille car la dot est faite pour la bénédiction non pour dépouiller le fiancée et s'enrichir.

 

Que Dieu te bénisse

Pasteur Hermann MBAMI ENGO

Se connecter

Tu as un talent

Nos Évènements

 

Ressources & Medias

 

Soutenir les pauvres

Contact Info

CMCI SUD FRANCE
1 Impasse de Monaco
31100 Toulouse, France

Mail : contact @cmcisudfrance.org
Bureau : +33(0)5.62.17.76.50
Mobile : +33(0)6.15.28.91.89

 

WORLD CONQUEST

We Support WORLD CONQUEST